Couches pour bébés : une action en justice envisagée

L’ANSES confirme dans un rapport rendu public hier les révélations de la revue 60 millions de consommateurs sur la présence de substances chimiques toxiques et pour certaines interdites en Europe dans les couches pour bébés et le risque qu’elles représentent pour la santé des nourrissons.
Dans son avis, l’ANSES confirme également le risque sanitaire de la présence de  certains de ces produits chimiques ajoutés intentionnellement dans les couches jetables, y compris certaines couches « dites écologiques ». L’agence met également en cause la réglementation applicable qui ne serait pas assez stricte en la matière.
Suite à ces annonces, le Gouvernement a choisi de privilégier la communication à son rôle de protection des consommateurs et de garant de la sécurité sanitaire. Aucune information n’a été donné sur les fabricants et les produits qui ne respectent pas la règlementation en vigueur permettant aux familles de faire des choix en toute connaissance de cause. 
Au lieu de ça, le Gouvernement affiche sa préférence pour négocier avec les fabricants dans une grande messe médiatique.
« Pourquoi n’y a t’il pas eu de signalement auprès du Procureur de la République des autorités au vu du danger immédiat pour la santé de nos enfants ?  » interroge Quentin GUILLEMAIN, Président de l’AFVLCS.
« Il est inadmissible que l’Etat ne se repose que sur le bon vouloir des fabricants. Les nourrissons ont aussi le droit d’être protégés. 
La liste des fabricants qui empoisonnent nos enfants et qui ne respectent pas la loi doit être connue afin que les consommateurs puissent être légitimement informés sur ce problème sanitaire.
 L’ANSES affirme que le danger sanitaire est réel, qu’attendons nous donc pour faire évoluer la réglementation comme le recommande fortement l’agence ? » ajoute t’il.
 
L’AFVLCS étudie avec ses membres la possibilité d’une action en justice dans les prochains jours pour que la sécurité sanitaire de nos enfants puisse être assurée.

Affaire Lactalis : le grand déballage

Le canard enchainé de ce jour rapporte les moyens utilisés par Lactalis pour s’arranger des rapports d’expertise affirmant des réécritures de ceux ci par l’entreprise.
L’hebdomadaire ajoute que l’entreprise est qualifiée dans un rapport de la DGCCRF comme dans « une situation alarmante dans la gestion de la sécurité alimentaire ».
Enfin, le canard affirme que le rapport met à nouveau en doute la qualité de l’hygiène dans l’entreprise.
« Ces nouvelles informations du Canard Enchainé sont inquiétantes et ne vont pas rassurer les parents sur la qualité sanitaire des produits Lactalis actuellement dans les rayons. 
Il est urgent que ce rapport, contesté par Lactalis, soit enfin rendu public pour que les consommateurs soient informés en toute transparence des méthodes et des conditions de production de ce groupe industriel« . réagit Quentin GUILLEMAIN.
Suivez-nous et partagez nos actualités :