Le Figaro – Lactalis: la DGCCRF signale encore 22 points de vente ou de consommation

Lors de sa deuxième vague de contrôle de supermarchés, pharmacies, cliniques et crèches, la répression des fraudes a encore épinglé 22 sites détenteurs de produits infantiles fabriqués par Lactalis et couverts par des opérations de rappel, indique un communiqué de la DGCCRF vendredi soir.

Sur les contrôles réalisés depuis le 12 janvier, deux supermarchés, 13 pharmacies, un établissement hospitalier, et six autres détaillants proposaient à la vente des produits qui auraient dû être retirés du marché, indique le communiqué. Aucune des 330 crèches contrôlées n’en disposait. La DGCCRF souligne néanmoins que sur 3.600 contrôles réalisés en quinze jours, « dans la grande majorité des sites (3.578, soit 99,4%), les produits couverts par les mesures de retrait et rappel n’étaient pas présents ». Carine Wolf-Thal, présidente du Conseil national de l’Ordre des pharmaciens, a annoncé « des poursuites disciplinaires à l’encontre des pharmaciens contrevenants », précisant que l’Ordre « s’associera également à toute action contentieuse menée par les autorités étatiques ». « Pour autant, je tiens à réaffirmer l’efficacité et le sérieux de la chaîne pharmaceutique », a-t-elle poursuivi. « Si la faute est avérée, elle est uniquement imputable à des manquements individuels inacceptables. »

Lire l’article complet…

 

Notre réaction aux contrôles menés par l’État

L’association des familles de victimes du lait contaminé aux salmonelles s’étonne que 22 établissements aient encore pu être épinglés par les services de la DGCCRF, suite aux nouveaux controles réalisés, pour avoir continué distribution de produits infantiles retirés de la vente et de la consommation, et ce depuis le 12 janvier, soit plus de 5 semaines après les premières mesures de retrait rappel.

« Comment se fait il qu’après 44 pharmacies épinglées lors des premiers contrôles, près de 13 pharmacies nouvelles pharmacie, et ce malgré la publicité de cette affaire, continuent de vendre en toute impunité des produits retirés du marchés et potentiellement dangereux pour la santé des nourrissons » s’indigne Quentin Guillemain, Président de l’association. « Il va falloir que l’Ordre National des pharmaciens agissent immédiatement afin que ces pharmaciens irresponsables ne puissent plus officier. Il en va de la crédibilité de leur profession. » insiste t’il.

L’association se satisfait que près de 61 sites internet commercialisant les produits incriminés aient été également identifiés suite à son interpellation des ministres concernés.

Suivez-nous et partagez nos actualités :