Lactalis – l’usine de Craon redémarre sans aucune garantie grâce à un tour de passe-passe

Près d’une semaine après la révélation du journal des Échos et à 48h de son audition par la commission d’enquête, le pdg de Lactalis, Emmanuel BESNIER, communiqué sur la reprise d’activité de son usine de Craon en Mayenne.

« Il s’agit ici de déminer la situation en voulant faire croire que Lactalis se positionne désormais comme une entreprise responsable à quelques heures de son audition par la commission d’enquête parlementaire » indique Quentin Guillemain, président de l’Afvlcs.

Lactalis avait redémarre son usine avec de la production de lait pour adulte selon les informations du journal Les Échos la semaine dernière, confirmées par l’Etat et par M. Besnier lui même ce matin.

Alors, comment cette usine a t’elle pu redémarrer son activité alors même qu’elle est toujours sous le coup d’une fermeture administrative ordonnée par l’arrête pris par le préfet de Mayenne en décembre dernier et qui n’a pas été levé?

« Il s’agit ici d’un tour de passe-passe dangereux destiné à contourner l’arrête pris par les autorités alors même que toutes les conditions fixées par celui ci ne sont pas réunies, comme l’indique le communiqué du Ministère de l’alimentation et de l’agriculture, et que l’usine ne devrait en aucun cas reprendre son activité. Il s’agissait d’un arrêté de fermeture à minima interdisant seule la production infantile mais pas la production de produits pour adultes.
Et ce alors même qu’aucune des conditions nécessaires à sa reprise ne soit réunie (plan de contrôle validé, analyses de l’environnement négative, cause de la contamination identifiée).
S’agit il d’un « oubli » du préfet de Mayenne ? Ou d’une volonté délibérée de faciliter la reprise d’activité de l’usine au détriment de la santé publique ?
Le moins que l’on puisse dire c’est que l’Etat ne joue pas son rôle de protecteur de la population ».

L’association reste sans réponse du Ministère de l’alimentation et de l’agriculture et du Ministère de l’économie et des finances à ses demandes d’informations suites aux révélations de ses responsables au sénat et à l’assemblée nationale. « C’est de la poudre à canon. Chacun se protège et l’opacité demeure ! » réagit Quentin Guillemain.

Suivez-nous et partagez nos actualités :