Le post de Quentin Guillemain

Le temps est venu de s’organiser.

 

  1. Vous êtes presque un milliers de parents à vous être manifestés sur l’adresse mail victimeslactalis@gmail.com, il faut continuer, seul moyen de prouver l’existence de plus de 20 cas qui sont les seuls cas signalés au ministère mais largement sous estimés.
    Malheureusement, pour des questions de confidentialité des infos données, vous comprendrez aisément que seul ma compagne et moi avons accès à ce mail. Nous vous répondrons à tous mais cela prendra du temps et nous ne pouvons pas nous substituer aux personnels de santé.
    Si votre enfant est malade, une seule urgence : consulter un personnel de santé (pédiatre, médecin, urgences pédiatriques etc) en indiquant l’éventuelle prise de lait et en présentant la boîte concernée. Demander ensuite lors de la consultation un test des selles pour la salmonellose.
  2. Nous recensons tous les cas sur cette adresse et créons ainsi une base de parents concernés (la encore avec un accès très restreint à la compagne et moi). Nous pourrons avec les infos que vous nous avez donné vous contacter rapidement en cas d’avancées, indiquer un nombre approximatif de parents concernés que nous connaissons (malades, enfants détectés avec la salmonellose, etc).
    Vous êtes tous concernés : ayant acheté du lait avec des enfants non malades, enfants malades, hospitalisés, etc.). Pensez à bien nous donner toutes les infos pour gagner du temps : votre histoire, coordonnées, lait concerne, volonté de poursuivre, etc) !
  3. Vous êtes nombreux à demander comment faire pour agir en justice contre Lactalis.
    Il faut prendre le temps de faire cela sans précipitation afin que la plainte soit recevable et suivie d’effets. Consulter un avocat dans la mesure du possible (n’hésitez pas à vous renseigner sur l’aide aux victimes ou auprès de l’assistance juridique de votre mutuelle par ex pour la prise en charge des frais). Nous à faisons face ici à un groupe assez procédurier et il ne faudrait pas que certains d’entre vous soient en difficulté.
    Nous vous transmettrons dans les heures et jours à venir des éléments juridiques que lesquels s’appuyer et un cadre plus organisé pour le dépôt de plainte individuel qui semble til est le seul moyen d’agir dans notre cas (les « class action » étant a priori pas envisageable dans notre situation).
    En tout état de cause ne jetez pas les boites mais conservez les !
    D’autres organismes (certaines caisse régionale d’assurance maladie par ex) ont décidé de porter plainte contre le producteur aux côtés des parents, nous tiendrons bien sûr informés les parents concernés qui nous ont écrit.
  4. Nous allons créer une association formelle des parents concernés par cette affaire. Toutes les bonnes volontés sont les bienvenues pour nous aider à la constituer, la creeer et l’animer (m’écrire en MP). Toutes les personnes concernées pourront en être membres. Cela nous permettra d’être mieux organiser pour répondre à tous et pour entamer les actions collectives nécessaires et nous donnera un cadre juridique supplémentaire pour agir.
  5. Nous pourrons à travers ce cadre également aider juridiquement et financièrement les parents qui souhaitent poursuivre en justice, se faire rembourser le lait acheté, etc.
  6. Signalez nous toute situation particulière (pharmacie ou magasin distribuant encore les lots incriminés, réponses au numéro vert insatisfaisantes, appels de Lactalis etc).