LACTALIS – Nouvelles révélations – Des produits de la tour N°2 aussi contaminés, l’usine doit fermer sans délai.

L’AFP révèle ce soir à la lecture de comptes rendu de réunion de sécurité sanitaires organisés par le Ministère de la santé et auxquels participent la DGCCRF, la DGAL et l’ANSES, que l’ensemble de l’usine Célia de Craon, propriété du groupe Lactalis, était bien contaminée par des salmonelles en décembre 2017, y compris la Tour 2,pourtant signalée depuis quelques mois comme épargnée par la bactérie.

Dans ce document dont l’Association des familles victimes du lait contaminé aux salmonelles (AFVLCS) a eu connaissance, il est écrit que le groupe Lactalis a étendu, le 20 décembre 2017 son retrait rappel « à l »ensemble des produits fabriqués sur le site de Craon depuis le 15 février 2017 à la suite de la mise en évidence de Salmonella mbandaka et Salmonella Agona dans des produits fabriqués par la Tour n°2 (…)« .

Comme le relève l’AFP, cela est pourtant contradictoire avec des propos tenus par le directeur de la communication du groupe à la même agence le 8 novembre dernier et mettent à mal la défense de Lactalis pour la reprise de l’activité de l’usine.

Ces derniers éléments démontrent que c’est bien l’ensemble de la fabrication de produits infantiles de l’usine de Craon qui était concerné par cette contamination.
Une nouvelle fois, ces dernières révélations démontrent l’enfumage permanent et l’irresponsabilité du groupe Lactalis, toujours en quête de ne pas perdre ce marché extrêmement rentable de l’alimentation infantile.
L’AFVLCS souhaite que les autorités et Lactalis enlèvent leur œillères et prennent enfin la mesure de la situation.
« c’est sur l’absence de contamination dans la tour 2 que s’appuie Lactalis pour justifier la réouverture de l’usine » indique Quentin GUILLEMAIN, Président de l’AFVLCS.
« Comment croire que des travaux en février 2017 sont à l’origine de la présence de la bactérie quand on sait désormais que l’usine a été contaminée pendant 13 ans par plus d’une dizaines de salmonelles qu’ils n’ont jamais rendant ainsi malades, depuis 2005, plus de 200 nourrissons ?
Un seul remède possible est donc l’arrêt de la fabrication et la fermeture définitive de l’usine.
Attendrons nous de découvrir de nouvelles présences de salmonelles pour enfin admettre qu’il s’agit de la seule solution ? Cette usine doit fermer car l’ensemble du site a été contaminé. Il est hors de question de ne fermer qu’une seule partie de l’usine quand on sait qu’il y a eu les causes«  ajoute M. GUILLEMAIN.
Puisque Lactalis et les autorités semblent déterminés à ce que cette usine puisse continuer son activité malgré les risques sanitaires, les consommateurs et les victimes se feront entendre dans les prochains jours.
Suivez-nous et partagez nos actualités :