France Info – Couches, lingettes, nettoyants… « 60 millions de consommateurs » met en garde contre des produits d’hygiène pour bébés

Résidus de glyphosate, molécules parfumantes allergisantes, irritants, phénoxyéthanol, composés organiques… A partir de l’analyse de 155 références, le magazine a relevé la présence de composants toxiques dans certains produits d’hygiène pour bébés.

Après avoir analysé en février 2017 la composition de plusieurs couches-culottes60 millions de consommateurs publie, jeudi 23 août, une nouvelle étude sur les produits d’hygiène destinés aux bébés. Résultat, sur 155 références passées au crible : de « bonnes nouvelles et de mauvaises surprises », résume Benjamin Douriez, rédacteur en chef adjoint du magazine, à franceinfo. En voici les principaux enseignements.

>> Couches, lingettes nettoyantes, petits pots… Tous ces produits pour bébés dont vous devriez lire les étiquettes

Les couches-culottes

Ce qui pose problème. L’étude menée en février 2017 par le magazine dévoilait des résidus de substances potentiellement toxiques dans certaines couches pour bébé. Des dioxines et des résidus de pesticide, dont le controversé glyphosate, considéré comme « cancérogène probable » par le CIRC (Centre international de recherche sur le cancer), avaient ainsi été retrouvés dans les produits de certaines marques.

Sur les douze marques de couches analysées dans cette nouvelle étude, un tiers d’entre elles contiennent des résidus potentiellement à risque toxique, note 60 millions de consommateurs. Le magazine a de nouveau retrouvé des traces de résidus de glyphosate dans les produits de plusieurs marques (Love & Green, Lotus Baby, Pommette ou Lillydoo). La marque Mots d’enfants est également épinglée, pour la « présence de composés organiques volatils (ou COV) ». Ce polluant peut provoquer « des irritations de la peau, des muqueuses ou du système pulmonaire ». 

Même si les teneurs de substances indésirables restent très faibles, le risque sanitaire « ne peut être écarté », estime 60 millions de consommateurs, car « les nourrissons sont également exposés aux glyphosates et aux COV via d’autres sources ».

Quelle alternative choisir ? Difficile de s’y retrouver pour le consommateur, note 60 millions de consommateurs, qui pointe un problème d’étiquetage des couches. « Les fabricants ne font toujours pas figurer la composition complète sur les emballages, regrette le magazine. Cette information figure parfois sur les sites internet des marques. Ce qui est insuffisant. » Le magazine plébiscite par exemple les Protection Premium de la marque Joone (qui sont également les plus chères du test, à 40 centimes la couche), mais regrette que leur composition soit fournie uniquement en ligne.

Les lingettes nettoyantes

Ce qui pose problème. La plupart des fabricants de lingettes ont renoncé à plusieurs ingrédients controversés, dont le phénoxyéthanol. En 2012, l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) avait recommandé que cette substance, « un conservateur qui prévient les proliférations microbiennes », ne soit pas utilisée dans les produits cosmétiques destinés au siège des bébés. Mais trois des 44 produits testés par le magazine en contiennent toujours, dont un de grande marque : les lingettes ultra-douces au lait de toilette de Mixa Bébé.

L’autre défaut de ces lingettes est que la plupart d’entre elles contiennent des ingrédients indésirables, comme des irritants, des allergisants ou des parfumsA éviter, en raison de « la fréquence élevée d’utilisation » et de leur zone d’application, note le magazine.

Quelle alternative choisir ? Les liniments oléo-calcaires, mélange naturel composé d’huile d’olive et d’eau de chaux, peuvent être une bonne alternative pour les parents pour nettoyer les fesses de leur bébé : sur les 17 références analysées par 60 millions de consommateurs, « aucune n’est à bannir ».

 

Lire la suite…

Suivez-nous et partagez nos actualités :